Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Ils nous permettent également d’optimiser le fonctionnement de notre site. En continuant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies.

J'accepte
Catégories

La vitamine E pour un élevage performant

La vitamine E pour un élevage performant

Doses recommandées

Quel que soit l’âge de l’animal, les doses de vitamine E recommandées sont de :

- 50 UI/kg de MS chez le chien,

- et 30 UI/kg de MS chez le chat.

Pour des régimes contenant des huiles de poissons, il est conseillé d’ajouter 10 UI de vitamine E/g d’huile de poisson/kg de nourriture.

Ces valeurs sont établies pour des régimes dont la densité énergétique est de 3500 Kcal d’énergie métabolisable (EM)/kg de MS. Elles correspondent donc à (Hand et al., 2000):

- 14 UI/1000 kcal d’EM chez le chien,

- et 7,5 UI/1000 kcal d’EM chez le chat.

Quelle est la dose maximale de vitamine E à administrer à un chien ?

Le niveau d’ingestion maximal tolérable est de 1000 UI/kg de ration chez le chien. Cependant, il n’existe aucune preuve qu’une dose supérieure à cette norme soit toxique pour le chien, il se pourrait même qu’elle ait des effets bénéfiques (Hand et al., 2000).

La teneur en vitamines E des aliments industriels destinés aux carnivores domestiques

Ces teneurs sont variables d’une marque à l’autre, voir, d’une gamme à l’autre. Les teneurs de quelques aliments destinés aux chiens et aux chats sont reprises dans les tableaux IV et V. Toutes les informations nécessaires ont été fournies par les fabricants dans les livrets techniques ou directement lues sur les étiquettes. Les guides techniques des firmes de petfood reprennent le plus souvent une teneur en « vitamine E », pour autant, la forme de vitamine E utilisée n’est généralement pas indiquée. De plus, cette teneur est exprimée en mg/kg d’aliment au lieu d’en UI/1000 kcal d’EM. Etant donné que chaque forme de vitamine E est caractérisée par un facteur de conversion mg/UI qui lui est propre, il n’est pas possible d ’estimer si la teneur rencontre les recommandations faites pour le chien.

Ce calcul n’a pu être réalisé que pour les aliments 2, 7 et 16 chez le chien (tableau IV) et les aliments 2, 7 et 12 chez le chat (tableau V), qui contiennent du all-rac-α-tocophérol acétate.

Chez le chien, les teneurs rencontrées dans les aliments 2, 7 et 16 (respectivement 21, 115 et 32 UI/1000 kcal d’EM) sont donc largement au-dessus des doses recommandées. Il en va de même chez le chat pour les aliments 2, 7 et 12.

Par ailleurs, les fabricants ne précisent pas si les teneurs inscrites sont celles :

- présentes au moment où le consommateur achète le produit et donc constituent un niveau minimum garanti à la date de péremption

- ou si les teneurs sont celles présentes lors de la préparation du produit. Si tel est le cas, il serait également utile de savoir à quel stade de préparation ces teneurs se rapportent.

Dans le cas des aliments 2, 7 et 16 chez le chien et des aliments 2, 7 et 12 chez le chat, le niveau de vitamine E indiqué sur le produit constitue un niveau minimum garanti à la date de péremption du produit. La dose incorporée au moment de la fabrication est donc supérieure à celle indiquée sur l’étiquette.

teneur en vitamine E des aliment industriels pour chiens et chats

INDUSTRIE ALIMENTAIRE

Les différents processus de fabrication et de stockage peuvent influencer la teneur en vitamine E des aliments. Des études ont été menées pour déterminer les pertes vitaminiques lors des processus de préparation et de stockage des aliments pour chiens et chats, secs et humides (tableau VI).

Au niveau des aliments humides :

La vitamine C est tout à fait instable et est dégradée à 100 % lors des processus de préparation des aliments. Le βcarotène, précurseur de la vitamine A, composé sensible à l’humidité et à la chaleur, montre des pertes importantes pendant la préparation également.

Les vitamines liposolubles, telles que la vitamine A et la vitamine E, bénéficient souvent d’un enrobage de protection qui les rend plus résistantes aux processus de production. De plus, les pertes pendant le stockage sont faibles, à cause de l’environnement protecteur des boîtes.

Au niveau des aliments secs :

La vitamine C est plus résistante aux processus de production (extrusion) et présente relativement peu de pertes. C’est également le cas pour le β-carotène. Les vitamines A et E montrent des taux de pertes plus importants pendant le processus de production des aliments secs, mais pendant la phase de stockage, la vitamine A reste stable, à l’inverse de la vitamine E (Hand et al., 2000).

perte en vitamine E lors de la fabrication et le stockage des aliment industriels pour chiens et chats

RATION MENAGERE

Lorsqu’on pratique l’alimentation naturelle, il est tout à fait logique de privilégier les vitamines sous forme naturelle et non de synthèse. Pour la vitamine E :

- La forme naturelle se nomme : D-alpha-tocophérol ( découvrir les gélules de vitamine E naturelle pour chiens et chats )

- La forme de synthèse se nomme : DL-alpha-tocophérol

En général, la plupart des rations ménagère ne couvrent que 10 à 30 % des besoins en vitamine E, d’où l’intérêt de la complémenter

Bien entendu, il existe des aliments riches en vitamine E : On en trouve dans les amandes, des huiles, ou des graines germées.

Les amandes :

L’obstacle majeur est la quantité très importante d’amandes pour couvrir les besoins en vitamine E d’un chien : Il faudrait donner environ 100g pour couvrir les besoins d’un chien de 30kg (12mg).

Les huiles :

La problématique est que cette forme d’apport peut déséquilibrer le ratio omega-3 / omega-6. La conséquence est que vous augmentez encore le besoin en vitamine E. Ce type d’apport n’est donc pas à privilégier dans le cadre de la recherche de l’augmentation de la vitamine E dans la ration ménagère.

 

INTERET DE LA VITAMINE E

Technique de fabrication :

Le but de l’incorporation de la vitamine E dans les aliments pour chien et chat par les firmes de petfood vise à lutter contre le rancissement oxydatif des croquettes qui se produit pendant la phase de stockage

Nutrition :

La vitamine E fait partie des anti-oxydants et protège le corps contre le stress oxydatif nécessaire à la stabilité du tissu musculaire. Il a également été démontré que la supplémentation alimentaire en vitamine E réduit les dommages causés par les radicaux libres

La vitamine E est aussi un antioxydant naturel permettant de maintenir la peau, le poil et le système nerveux en bonne santé. Elle aide donc à lutter contre les chutes de poils et redonne de l'éclat à la fourrure.

En élevage :

La Vitamine E permet également de maintenir la fertilité de la chienne mais aussi du chien, mâle reproducteur.  

 

CONCLUSIONS 

L’autre problème, l’oxydation des graisses. Il n’est pas connu de dose toxique concernant la vitamine E, et il est conseillé de dépasser largement l’apport recommandé, afin de pallier l’apport en acides gras polyinsaturés de la ration, et l’oxydation de ces derniers, tout en prenant en compte le rôle anti-oxydant envers les cellules du corps et la barrière contre le stress oxydatif et les radicaux libres.

 

SOURCE :
« Vitamine E : état des connaissances chez les carnivores domestiques. Métabolisme, besoins et apports » de CUVELIER C., DOTREPPE O., ISTASSE L. Nutrition, Département des Productions Animales, Faculté de Médecine Vétérinaire, Université de Liège B43, Sart-Tilman, 4000 Liège, Belgique. Manuscrit déposé le 13/10/2003 Ann. Méd. Vét., 2003, 147, 367-382.
HAND M.S., THATCHER C.D., REMILLARD R.L., ROUDEBUSH P. Small animal clinical nutrition 4th edition. Mark Morris Institute : Marceline, 2000, 1192 p.
Site internet : https://www.nutrition-canine.fr/les-oublies-du-barf-vitamine-e/
Produits associés
Liker ce post
1 like
Partager ce post