Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Ils nous permettent également d’optimiser le fonctionnement de notre site. En continuant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies.

J'accepte
Catégories

THERMORÉGULATION ET HYPOTHERMIE CHEZ LE NOUVEAU-NE

THERMORÉGULATION ET HYPOTHERMIE CHEZ LE NOUVEAU-NE

Quelle est la température corporelle de référence du nouveau-né en fonction de son âge ?

Le nouveau-né n’a pas une température corporelle constante, indépendante du milieu ambiant (homéotherme) pendant les premiers jours de vie. Ceci s’explique par :

  • Son ratio surface corporelle par rapport à son poids qui est nettement plus élevé que celui d’un adulte (Rickard, 2011)
  • Il a un stock très réduit de graisse brune (Rickard, 2011) qui permet la thermogenèse sans frisson par leur lipolyse
  • Il est incapable de frissonner avant son 6e jour (Root Kustritz, 2011)

Le chiot atteint 38°C à l’âge d’un mois et au moment du sevrage sa température est stabilisée à celle d’un chien adulte (Mueggler et al., 1979 ; Johnston, Root Kustritz, 2001).

A la naissance, la température du chiot chute car l’environnement de naissance est beaucoup plus froid que l’intérieur de l’utérus et que le chiot naît mouillé. La mère doit alors le sécher au plus vite. La température d’un nouveau-né peut chuter de 4.5°C dans les minutes qui suivent la naissance (Poffenbarger et al., 1990). La mère le réchauffe contre ses mamelles : la température au niveau des mamelles de la chienne est alors proche de sa température centrale (Crighton, 1968).

Température rectale °C dans un environnement à 30°C :

 température rectale de référence chez le nouveau né

Les chiots sont très sensibles à la température de l’environnement (Fox, 1963). Les chiots orphelins, qui sont directement exposés à la température environnementale, doivent être gardés dans environnement dont la température est stable entre 30 et 32°C pour maintenir leur température corporelle (Johnston, Root Kustritz, 2001). Il s’agit d’une température de neutralité thermique, c’est-à-dire qu’elle n’altère pas la température corporelle de l’animal.

Un chiot nouveau-né perd de la chaleur (Poffenbarger et al., 1990):

  • par conduction : échange thermique en fonction du gradient de température entre la peau et un objet à son contact,
  • par convection : échange thermique entre la peau et un fluide mobile à son contact,
  • par radiation : rayonnement du corps dans l’infrarouge
  • et par évaporation de l’eau du corps.

Ainsi, le chiot doit être et rester le plus sec possible, sur une surface permettant de conserver la chaleur et d’évacuer l’humidité. Le produit le plus adapté et répondant à ce critère est le tapis vétérinaire (fourrure épaisse de 3 cm).

Les causes naturelles l’hypothermie

(d’après Crighton, 1968)

  • Chiot faible ou prématuré qui n’arrive pas à établir le contact avec la mère
  • Mauvaise mère qui ne reste pas allongée sur le côté (pas d’accès aux mamelles)
  • Mère trop consciencieuse qui passe son temps à nettoyer ses chiots et ne reste pas allongée sur le côté (pas accès aux mamelles)
  • Chiot rejeté par la mère
  • Développement insuffisant des glandes mammaires
  • Température ambiante trop basse : la mère est allongée sur le sternum (pas accès aux mamelles)

Conséquences de l’hypothermie

Cette température à J1 est prédictive du risque de mortalité au sevrage

Quand considère-t-on que le nouveau-né soit en hypothermie ?

IMPORTANT :

Ne pas nourrir un nouveau-né ayant

une température inférieure à 34°C !

 

Comment réchauffer un nouveau-né en hypothermie ?

La règle d’or est de procéder lentement à l’augmentation de la température corporelle du nouveau-né :  

L’animal sera réchauffé par palier de 1°C par heure.

Le simple fait d’augmenter de 2°C ou plus par heure la température corporelle d’un nouveau-né provoque des lésions organiques (reins et poumons) entraînant sa mort différée de plusieurs jours.

Les étapes à respecter :

  • On commence par préparer un environnement dont sa température est égale à sa température corporelle constatée augmenté d’1°C.
  • Et ainsi de suite jusqu’à atteindre au moins le seuil critique.

Plusieurs moyens d’y parvenir :

  • Lampe infrarouge : on place une sonde de température au nid et on règle la hauteur de la lampe afin d’atteindre la température souhaitée.

    A vérifier : absence de cours d’air rasant le sol et susceptible de refroidir d’environnement et l’animal.
  • Bouillotte : On prépare la bouillotte que l’on place dans un linge. On place l’animal sur le linge et on le recouvre avec le reste de tissu afin de former un igloo. On place une sonde de température dans le nid formé. Difficile de réguler la température.
  • Tapis chauffant : L’idéal est d’utiliser un tapis chauffant muni d’un thermostat. Régler la température souhaitée, créer un nid, igloo, permettant de générer un ilot de chaleur et y placer la sonde du thermomètre.
  • Couveuse : le plus fiable. Régler la température souhaitée sur le moniteur, l’appareil s’occupe du reste tout en régulant également hygrométrie (réglé à 55-65% d’humidité dans l’air).

 

Il est également important de traiter l’hypoglycémie associée :

Nous avons évoqué plus haut que lorsqu’un nouveau-né a une température inférieure à 34°C, il ne faut surtout pas le nourrir : Arrêt du transit digestif et du réflexe de succion.

Pour cela, préparer de l’eau sucrée (GLc 50%) ou miel et administrer 2ml par 100g de poids vif toutes les 2 heures jusqu’à ce que la tétée soit de nouveau possible : préparation à placer sur les gencives ou par sondage orogastrique.

Produits associés
Liker ce post
0 like
Partager ce post